Impact et pare-brise en mauvais état : conséquences sur le contrôle technique

Un bon conducteur n’est pas seulement évalué sur sa manière de conduire mais également son respect du code de la route qui inclue le bon état du véhicule. Un contrôle technique a été mis en œuvre pour évaluer l’état d’un véhicule, si ce dernier peut encore circuler librement ou non, et dans le respect de l’écologie. Certes, il arrive le plus souvent des négligences faites par les conducteurs qui peuvent suspendre la mise en circulation du véhicule. L’état du pare brise fait partie des points donnant suite à une contre visite. Quelles sont les conséquences de détériorations de pare brise lors d’un contrôle technique ?

Les détériorations d’un pare-brise : impacts, éclats, fissures

Le pare brise est l’élément clé d’une bonne conduite et de la sécurité au volant. Cette vitre assure la protection contre les insectes, les volatiles, les sables, les cailloux etc… qui se trouvent sur la route. Si l’on peut le comparer à une chose c’est à la visière d’un casque de moto, qui protège son conducteur des choses qui peuvent heurter le véhicule. Entre autre, il agit comme un bouclier. Avec des fissures, des éclats de quelques centimètres, des impacts, la vision du conducteur peut être brouillée. Ainsi, la gêne occasionnée par une fissure peut porter préjudice au conducteur pour une longue durée jusqu’à ce que le pare-brise soit réparé. Cet inconfort optimal peut s’aggraver et entraîne un envahissement de la fissure qui peut s’écrouler à tout moment et impact pare brise sur le contrôle technique est pénalisante. L’impact pare brise contrôle technique peut être plus grave et plus coûteux s’il n’est pas réglé à temps.

La mention « mauvais état » suite à un contrôle technique

L’impact pare brise contrôle technique n’engendre pas forcément une contre visite. Malgré le fait que cette détérioration peut être vue comme une infraction au code de la route, certains cas de figure le prévoient d’une autre manière et d’un degré moins dur. Ainsi, le danger n’est pas imminent et déclaré de « mauvais état » lorsque la fissure en question ne dépasse pas la zone de balayage des essuies glace et permet d’avoir une vision extérieure. Dans un second cas, l’impact sur le pare brise ne doit pas dépasser les 3 cm de diamètre, au-delà duquel le véhicule sera mis soumis à une contre visite. Un troisième cas de figure prévoit une mention de mauvais état pour un véhicule, dont le pare brise détériorée représente des bulles et décollements de verre d’un cercle inférieur ou égal à 3 mm. Et enfin, le pare brise ne doit pas comporter plus de 3 impacts de 1,5 cm sinon, l’évaluation se fera autrement.

Les contres visites suite aux détériorations

 Hormis les quatre cas précédents, une détérioration du pare brise entraînera une contre visite. Ce qu’il faut préciser, c’est que la détérioration est acceptable lorsqu’elle ne brouille pas ou ne touche pas le champ de vision du conducteur. Ainsi, si la fissure se trouve du côté du passager, c’est plus ou moins tolérable. Autrement, s’il l’impact est du côté du conducteur, s’il est de taille considérable, si le pare brise ne tient plus en place et risque de décoller à tout moment, si le dégât se trouve dans la partie de l’essuie-glace ou à 2 cm du détecteur de pluie, le contrôle technique déclarera nécessaire une contre visite. A cet effet, cette marge de temps laissé au véhicule, permettra à son propriétaire d’effectuer les améliorations nécessaires et de remplacer le pare brise. Le mieux est de s’occuper immédiatement du remplacement pour éviter toute pénalisation qui se résume souvent au paiement d’une amende en cas de contrôle policière. Dans cette hypothèse, la réparation coûtera encore plus chère que le prix du pare brise à la base.