Comment optimiser le système de freinage de votre voiture de compétition ?

Pour avoir plus de performance au freinage, il est important d’optimiser ses freins. Bien que la tendance soit de choisir des étriers et des disques de frein plus grands, il ne faut pas oublier que certaines catégories de compétition n’acceptent pas l’augmentation de poids qu’un tel changement peut engendrer. Voici les améliorations possibles dans le cadre de cette optimisation du système de freinage et les manières de procéder.

L’optimisation de la puissance

On peut intervenir sur tous les composants du système de freinage pour optimiser sa puissance. La modification de la texture des éléments de friction est l’optimisation la plus simple à faire. En effet, si les matériaux qui constituent les plaquettes et les disques sont plus tendres, le coefficient de frottement sera nettement plus élevé et le freinage plus mordant. Il faut savoir que des éléments de friction spécifiques sont vendus en fonction du type de compétition effectué (rallye, circuit, sport). L’inconvénient principal d’une telle intervention est la durée de vie limitée des composants modifiés.

L’augmentation de la puissance de freinage peut se faire en accroissant la surface de friction, au niveau des plaquettes et disques. En augmentant le diamètre des disques, on augmente par la même occasion la surface de friction qui est disponible pour le freinage. Le couple de freinage se trouve donc décuplé pour une même pression sur la pédale. L’augmentation des plaquettes, par contre, peut nécessiter l’usage d’un étrier de frein spécifique. Il existe des modèles d’étrier de frein multipistons qui peuvent couvrir une bonne partie du disque de frein, mais qui sont malheureusement hors de prix.

L’augmentation de la puissance de freinage peut également être réalisée en rallongeant la pédale de frein, de manière à démultiplier la pression que le pilote exerce au moment du freinage. Cela implique cependant une modification de tout le pédalier. Enfin et non des moindres, l’augmentation du diamètre des pistons est aussi une option intéressante puisque plus le piston est gros, plus la force qu’il engendre est importante pour une même pression de freinage.

L’amélioration de l’endurance

Le système de freinage subit ce qu’on appelle le « fading » à mesure qu’il est sollicité. Le fading s’explique par une diminution de l’efficacité des freins. Ce fait est lié à l’échauffement des disques de freins qui sont en friction avec les plaquettes. Cet échauffement diminue alors le coefficient de frottement du disque, et réduit par la même occasion la puissance de freinage.

Le surdimensionnement du système de freinage peut pallier ce manque d’endurance, et de sur croit, peut offrir nettement plus de puissance de freinage. Cependant, une telle modification est chère et rend les freinages faibles difficiles à doser. L’optimisation la plus simple pour améliorer l’endurance du système de freinage consiste à ventiler les disques. Pour ce faire, une écope sera disposée à l’avant de la voiture afin de récupérer l’air frais, pour ensuite le canaliser vers le système de freinage. L’augmentation de l’épaisseur du disque est aussi une option, mais souvent, elle implique une diminution de l’épaisseur des plaquettes au niveau de l’étrier de frein pour voiture. Il est toujours possible d’opter pour des disques percés ou des disques ventilés qui sont capables de refroidir plus rapidement par rapport aux disques classiques. Cela implique cependant des modifications importantes, comme le changement d’étrier voiture.

La répartition et l’équilibrage

La répartition du freinage est très importante, dans la mesure où elle doit s’accorder avec la sensibilité du pilote, s’ajuster avec ses techniques de pilotage et être réglé en fonction de l’épreuve ou de la compétition.

L’optimisation de la répartition du freinage peut se faire manuellement, en ajoutant un réducteur de pression sur le circuit des freins arrière. Comme indiquée, cette modification n’intervient que sur la pression arrière et ne peut être utilisée sur les systèmes de freinage en X, qui mettent en tandem la roue avant gauche et la roue arrière droite, et inversement. Si vous souhaitez utiliser un répartiteur de freinage, il faut monter un système de freinage à deux maîtres cylindres. Quoi qu’il en soit, le réglage doit être suffisamment puissant au niveau des roues avant, puisque l’avant de la voiture subit toute la force de freinage, et plus léger au niveau des roues arrières pour empêcher leur blocage.