Dans quels cas faut-il une expertise automobile ?

Contrairement à une idée trop largement répandue, les expertises automobiles ne sont pas réalisées uniquement dans le cadre d’un sinistre. Il existe en effet bien d’autres cas où le savoir-faire technique de l’expert peut vous être d’une aide précieuse. Vous trouverez dans le texte ci-dessous de nombreuses informations au sujet des situations qui nécessitent potentiellement une telle intervention.

Suite à un accident ou un incendie

L’expert automobile intervient principalement dans ce genre de circonstances. Il est en effet mandaté par les compagnies d’assurances afin de vérifier que les conditions d’indemnisation de l’assuré soient effectivement bien respectées. Suite à sa visite, le professionnel doit également être en capacité de déterminer si le véhicule est réparable suite au sinistre ainsi que le montant des travaux à réaliser. Sur la base de ces informations, la compagnie pourra ainsi se prononcer sur l’intérêt économique de réaliser les travaux.

L’expert est également chargé de vérifier les dires de l’assuré lors de sa déclaration de sinistre. Ainsi, si celui-ci prétend avoir percuté un animal sur la route avec son véhicule, le professionnel vérifiera que les traces d’impacts correspondent bien à tel choc. Il est donc missionné également pour réduire le nombre des fraudes à l’assurance.

Conflit avec votre garagiste

Vous l’ignorez peut-être mais l’expert peut également être directement contacté par les particuliers. Il peut ainsi vous aider si vous rencontrez des difficultés avec votre garagiste. En effet, il arrive parfois que les deux parties ne soient pas d’accord sur le montant ou la qualité des travaux réalisés. Plutôt que de porter le différent devant les tribunaux et perdre de précieux mois voire années, il est préférable de trouver un accord sans l’intervention de la justice. D’autant plus qu’une telle situation peut engendrer l’immobilisation complète de votre véhicule afin de ne pas faire disparaître certains éléments essentiels au traitement du litige.

Pour y parvenir, il est essentiel de pouvoir s’appuyer l’intervention d’un tiers dont le savoir-faire peut permettre d’éclairer un peu la situation actuelle. L’expert offre ainsi l’assurance aux deux parties que son avis sera entièrement neutre. Ce dernier pointera ainsi les responsabilités de chacun dans cette affaire. Le professionnel préconisera ensuite une solution permettant une sortie acceptable par les deux parties afin de dénouer le conflit qui les oppose.

L’achat d’un véhicule

Imaginez que vous veniez d’acheter un véhicule d’occasion auprès d’un garagiste ou même d’un particulier et que celui-ci tombe en panne quelques temps après. Dans de telles circonstances, il est logique de s’interroger sur l’existence d’un vice caché. Sur le plan légal, ce terme désigne un défaut ou une imperfection découvert après l’acquisition du bien. Celui-ci ne peut pas être toujours identifié avec un simple examen superficiel. Attention seule l’intervention de l’expert permet d’officialiser l’existence du vice caché. Une fois réalisée, vous pourrez démarrer les actions en justice afin de résoudre définitivement votre problème.

Il vous est également possible de faire appel aux services de l’expert avant d’effectuer l’achat d’un véhicule. Il réalisera un contrôle ce qui vous permettra de lever les doutes et de vous assurer que le prix de vente est bien en corrélation avec l’état réel de la voiture. Dans le même temps, vous obtiendrez des informations techniques qui pourront vous être utiles lors de la négociation avec le vendeur. Attention, ce genre d’expertise coûte un peu d’argent. Aussi, il est préférable de vous en servir pour les véhicules vendus à un certain prix ou si vous envisagez d’acquérir une voiture de collection.

Que doit mentionner le rapport d’expertise ?

Tout d’abord le professionnel va s’assurer que le véhicule qui lui est présenté soit bien celui qui est concerné par le sinistre ou le litige. Il va ainsi vérifier l’ensemble des numéros d’identification présents à divers endroits du châssis ou du moteur. Il existe en effet de nombreuses fraudes à l’assurance visant à maquiller un autre véhicule en épave.

Dans le cadre d’un sinistre, l’expert va lister l’ensemble des dommages tout en précisant par quoi ils ont été provoqués. En fonction de la valeur du véhicule (dépendant de son âge, de la régularité de son entretien ou encore des kilomètres parcourus), il pourra ainsi donner un premier avis quant à la viabilité sur le plan économique d’une éventuelle réparation.

Une fois son intervention terminée, le professionnel à l’obligation légale de consigner ses observations dans un document nommé rapport d’expertise. Pour être valable, ce dernier doit obligatoirement rappeler les informations suivantes :

  • Le nom et le numéro d’identification de l’expert au registre national
  • Le nom et la qualité des éventuels autres intervenants durant l’expertise
  • Les divers numéros d’identification du véhicule
  • La liste complète des dommages directement provoqués par le sinistre
  • La liste des actions à effectuer pour une remise en état du véhicule ainsi que le montant des travaux
  • La liste des frais annexes liés au sinistre (remorquage, gardiennage etc)